La fin de l’année est le moment pour chaque auto entrepreneur de se poser la question essentielle: doit-je continuer avec ce statut ?

 Parmi les contraintes « cachées » de l’auto entreprise, il n’est possible de lever l’option « auto entreprise » pour passer au frais réel qu’au 01 janvier. 

C’est donc le moment de se pencher d’un peu plus près sur ce statut.

Un vrai plébiscite

Depuis sa création en 2008, l’auto entreprise (extension du statut d’Entreprise Individuelle) s’est imposée dans le paysage des entreprises françaises. En 2018, les auto entrepreneurs constituent 44% des 700 000 créations d’entreprises.
Pourquoi ce raz de marée? Les raisons sont connues: c’est un statut extrêmement simple à piloter, avec un minimum de contraintes. De plus, le fameux «  vous ne gagnez rien, vous ne payez pas de cotisations sociales » reste un argument massue. Un vrai plébiscite. Mais être populaire n’est pas suffisant pour rendre un dispositif intéressant.

 440 € de revenu mensuel moyen: l’auto entreprise reste une mauvaise affaire

 Le revenu mensuel moyen des auto entrepreneurs en France est égal à 440 € net. Soit 2 fois moins que le seuil de pauvreté. Et encore, comme les auto entrepreneurs ne tiennent pas de compte, il est probable que les dépenses réelles sont largement sous évaluées. Le revenu net moyen est certainement bien inférieur.

A titre de comparaison, le revenu moyen d’un indépendant « classique », est  supérieur à 3 000 € par mois, soit 7 fois plus que celui d’un auto entrepreneur. Certes, cette différence peut s’expliquer par la nature des activités pratiquées (il y a dans les entreprises individuelles classiques beaucoup de professions réglementées à fort revenu), mais à profession équivalente, le différentiel reste très important.

 Par ailleurs, les auto entrepreneurs ont une couverture sociale bien plus faible que les autres indépendants: car derrière le « je ne gagne rien, je ne paye rien » se cache un « je ne paye rien, je n’ai pas de protection sociale ».

 Mais surtout, les auto entrepreneurs en ne valorisant pas leurs dépenses, ont tendance à ne pas connaître leur modèle économique, voire à financer une partie des dépenses de l’entreprise avec leur budget personnel. Résultat, des revenus souvent bien inférieurs aux apparences, et à long terme, un épuisement voir la sensation de travailler pour rien…

 La raison est simple: ce qui fait la dynamique d’une entreprise, c’est à la fois d’être capable de prendre des risques, et de dépenser de l’argent pour en gagner. En choisissant le statut d’auto entrepreneur, on évite de se confronter au risque, et on n’intègre pas les dépenses dans l’équation. Impossible alors de construire un modèle économique performant.

Le plafond de 70 000 € un faux semblant

Depuis le doublement du plafond (qui est passé de 33 000 € à 70 000 €), le statut peut sembler intéressant, car on peut gagner davantage d’argent. Mais il est alors encore plus coûteux ( les cotisations sociales devient très importantes) et surtout, il devient très complexe, car dès 33 200 €, les auto entrepreneurs sont soumis à la TVA. Bonjour la comptabilité et adieu la simplicité.

Choisir le statut d’auto entrepreneur en 2020: une erreur stratégique

 En fait, le dernier petit avantage pour les auto entrepreneurs était lié à la montée en charge progressive et sur 3 ans, des cotisations sociales pour les bénéficiaires de l’ACRE. Mais la loi de finance 2020 prévoit à la fois des conditions plus restrictives pour bénéficier de l’ACRE, et surtout la réduction de 3 ans à 1 an de la baisse des cotisations.

 En 2020 plus encore que les années précédentes, il est beaucoup plus pertinent de faire le choix d’une entreprise individuelle classique, aux frais réels. C’est à peine plus compliqué… mais beaucoup plus lucratif. En outre, l’entrepreneur peut mobiliser des outils pour accompagner le développement de son activité.

 On entend souvent dire:

 «Avec le statut d’auto entrepreneur, je ne prends pas de risque! » !
Mais au fait, quels risques prend-on avec un autre statut ?

 « Le statut d’auto entrepreneur, c’est bien pour commencer »
Mais pourquoi ? en fait, bien au contraire, auto-entrepreneur est un statut défavorable pour commencer son activité. C’est comme tester une Ferrari avec un moteur de voiture sans permis.

 « Je ne peux pas faire ceci, avec mon statut d’auto entrepreneur, ce n’est pas possible » !
Alors qu’attendez-vous pour changer ?

 Le succès de l’auto entreprise repose sur le « si je ne gagne pas, je ne paye pas ». Mais pour créer une entreprise, il faut avoir la conviction que l’on va gagner de l’argent, et s’en donner les moyens.

 Changer de statut, c’est simple

Si l’on ne peut changer de statut qu’au 01 janvier, en revanche, les formalités administratives sont simples: un simple courrier à l’URSSAF, pour les informer que vous quittez l’option auto entrepreneur pour passer au régime de déclaration contrôlée (ou frais réels).

 Il vous restera ensuite à faire vos comptes régulièrement, et à déclarer l’année suivante votre revenu à la sécurité sociale et aux impôts.

En conclusion

Le statut d’auto entrepreneur est idéal pour les salariés qui arrondissent leur fin de mois avec une activité accessoire. Mais lorsque l’on a comme ambition de gagner sa vie avec son activité, l’auto entreprise est dans la très grande majorité des cas, le pire des statuts.

 Avant de choisir de poursuivre avec ce statut (ou pas) pour l’année 2020, il est nécessaire de se poser quelques questions essentielles: 

– Quel est mon chiffre d’affaire prévisionnel en 2020 ?
– Quelles dépenses me permettent de réaliser mon chiffre d’affaire ?
– Une fois les cotisations sociales payées, quel est mon bénéfice réel ? me permet-il de vivre ?  Quelles dépenses supplémentaires je devrai effectuer pour favoriser le développement de mon activité ?
– Quel serait mon revenu avec un autre statut ?

Dans 90% des cas, quitter le statut d’auto entrepreneur vous permettra de développer votre activité et d’augmenter vos revenus !

 

Jean Marc Cottet
Conseil en entreprise

 www.jean-marc-cottet.fr