17:06:2016 - Le bien être en entreprise, une nécéssité vitaleEn parler il y a un siècle serait passé pour une provocation,

Il y a 50 ans, cela pouvait faire sourire, apparaître comme la lubie d’un utopiste,

Aujourd’hui, le bien-être en entreprise est un enjeu majeur.

La santé au travail est maintenant bien prise en compte, dans tous les compartiments de la vie des organisations.  Le coût de la dégradation de la santé pesant sérieusement sur les comptes de la nation (plus d’une dizaine de milliards par an) et donc sur les entreprises, il est maintenant largement admis qu’il faut transformer le fonctionnement des organisations pour que le travail ne soit plus pathogène. Tout n’est pas gagné, mais le processus est largement enclenché.

De là à parler de bien-être, à imaginer que des millions de travailleurs partent le coeur léger au boulot, le sourire au lèvres, heureux de rejoindre quotidiennement une organisation libérée où ils s’épanouissent, et rentrent chez eux le coeur aussi léger pour profiter d’une vie personnelle épanouissante…

il y a pourtant urgence à mettre le bien-être au travail sur le métier.

Car dans la foulée des bouleversements démocratiques et de l’individualisation des sentiments qui ont transformé notre vie depuis la révolution française, le bien-être s’est imposé comme une valeur essentielle.

Conscient que les biens matériels et la croissance infinie ne suffisent pas à nourrir son homme, et que trouver le bonheur est finalement une affaire intérieure, un nombre exponentiel de personnes s’engagent dans des pratiques de développement personnel vécue comme un outil de transformation.

Consciente de l’impact que cette aspiration peut avoir sur le turn over de leurs effectif, un nombre croissant d’entreprises proposent à leurs salariés des conditions de travail largement améliorées, avec des gymnases, possibilité de prendre des douches après une pause footing, de se détendre, de se faire masser…  Il existe des sociétés dans nos Pays de Savoie où les conditions de vie sont très bonnes.

Mais pour les autres, la-non prise en compte de l’aspiration au bien-être des salariées peut avoir des conséquences dramatiques pour leur survie.

La pratique  croissante du développement personnel rend les gens beaucoup plus exigeants sur leur qualité de vie, et surtout conscients qu’il peuvent agir sur eux même pour ne pas subir les situations qui leur deviennent insupportables. Le différentiel entre leurs aspirations et leurs conditions de travail amène à des situations personnelles difficiles. Et une partie de nos concitoyens ne conçoit une vie heureuse qu’en dehors de l’entreprise.

Ce que certains nomment aujourd’hui l’Uberisation de la société n’est pas seulement un phénomène économique qui vient bousculer quelques métiers réglementés. Cette pratique répond également à l’aspiration d’un nombre croissant de salariés à se sentir bien au boulot, et à y mobiliser l’étendue de leurs compétences.

Les entreprises sont habituées à se transformer continuellement pour s’adapter aux transformations du monde. Elles peuvent également revoir leur fonctionnement pour s’adapter à la mutation des hommes, et s’affirmer comme des espaces de vie qui prennent en compte le bien-être des salariés dans toutes ses dimensions.

Le bien-être au travail prend appuis sur 3 piliers:

– Privilégier la qualité de vie au travail et en proposant des services qui permettent l’épanouissement du corps et de l’esprit (espace de rencontres, massages, activités sportives, mobilisation de la créativité…),

– Modifier les rapports hiérarchiques et adapter les postes (organisation du travail, horaires) aux aspirations des salariés autant qu’aux impératifs de production,

– Mettre l’intelligence de chacun au service de la pérennité et du développement de l’entreprise, en partageant avec tous les informations permettant de construire une visions stratégique des choix à opérer, et en adaptant la gouvernance de l’entreprise.

Il reste la question du comment faire. Pour les salariés comme pour les employeurs, ce changement est à la fois une transformation intime et une révolution des pratiques. Mais il suffit de prendre le temps d’observer notre environnement immédiat pour constater que de multiples ressources existent. De nombreuses expériences ont été tentés, des coachs ou formateurs peuvent vous accompagner dans ces transformations. Des praticiens du bien-être frappent à votre porte…

Toutes ces transformations ont également un coût, mais investir une partie des plus-values dans cette dynamique permettra à moyen terme une amélioration significative de la qualité de vie, apportera des gains de productivité, et renforcera la place des entreprises dans le fonctionnement de notre société.

Chronique « développement personnel » publiée dans Eco Savoie Mont Blanc le 17/06/2016