Chronoque ECODans une entreprise en développement, la connaissance du bassin d’emploi est un élément stratégique, qui peut mobiliser une partie de l’attention du manager. Mais nous nous intéressons, généralement, beaucoup moins à l’emploi du bassin, ou plus précisément à l’usage que chacun d’entre nous fait de son bassin, au quotidien.

Je ne vous parle pas de l’aménagement du poste de travail. Un ergonome pourra facilement nous conseiller la bonne position, le bon matériel pour éviter les douleurs et les mauvais positionnements musculaires, et finalement nous éduquer à respecter notre corps pour une bonne santé au travail.

Ce dont nous parlons ici, c’est de l’importance, dans notre vie sociale, de la position du bassin dans notre corps. La façon dont ils’articule dans la chaine des os, entre les jambes et la colonne vertébrale, conditionne une partie de nos relations aux autres. Un peu plus en avant, ou plus en arrière, et tout peut changer. Ainsi, nous aurons une tendance à être plutôt offensif, pro-actif, ou au contraire plus en attente. Ces quelques millimètres agissent sur la nature des pensées et l’image que perçoivent nos interlocuteurs. En conditionnant, d’une certaine façon, nos réactions face aux événements de la vie, ils agissent sur l’ensemble de notre environnement.

Cette chronique n’ayant rien de médical, je vous laisse consulter un praticien en énergétique traditionnelle chinoise qui vous en dira plus sur les mécanisme à l’oeuvre.

Mais observée par le prisme du développement personnel, cette information nous donne une idée, une fois de plus, de notre immense potentiel de transformation. A condition que nous le souhaitions, ce qui n’est pas une obligation, nous disposons d’une ressource supplémentaire pour apporter des réponses à certaines de nos difficultés récurrentes.

Car nous pouvons agir sur la position du bassin 

Et cela change tout ! Nous sommes ainsi équipés d’un médiateur discret dont les micro-changements peuvent agir positivement sur la relation avec les collaborateurs. Il peut produire davantage de confiance, apporter de l’empathie et renforcer la capacité d’engagement. Peut-être le siège du charisme se situe-t-il dans le bassin ?

Il suffit, grâce à quelques exercices appropriés, de prendre conscience de sa position, de ressentir les différentes sensations que nous procurent le changement de posture, et le bon pli peut être pris !

Bon ensuite, il ne faut pas se le cacher, le plus compliqué est de s’en rappeler, au cours d’un échange avec un collègue, ou face à une difficulté qui surgit à l’improviste… Comme toujours, l’essentiel n’est pas d‘avoir la connaissance, mais de la mobiliser au bon moment. Et ça, c’est une question d’entraînement. Mais reconnaissons que c’est une sacrée bonne nouvelle: à la liste des ressources que nous pouvons mobiliser pour nous transformer  (coaching, ennéagramme, thérapie comportementale, méditation…) nous pouvons ajouter une nouvelle possibilité:

Trouver dans le corps les ressources du changement

Les pratiques ancestrales de l’énergétique traditionnelle chinoise peuvent être précieuses. Elle nous rappellent que nous formons avec notre environnement un système complet et complexe symbolisé par Le Yin et le Yang (les Dupont et Dupond de l’ETC), que tout est interactif et que nous pouvons agir par des gestes ou habitudes simples.

C’est peut-être ce que l’on appelle revenir aux fondements …

 

Chronique « Développement personnel » – Eco Savoie Mont Blanc –  Vendredi 13 octobre 2017